Défilez

Retour

Les activités de promotion de la santé mentale cherchent à augmenter les facteurs de robustesse de même qu’à renforcer la résilience individuelle et le soutien du milieu.

Toutefois, le renforcement des facteurs de robustesse ou de résilience individuelle ne se définit ni se mesure en premier lieu par rapport à l’agir ou aux comportements des personnes (c’est-à-dire à leurs compétences, leurs habiletés ou leurs performances diverses). Il se définit d’abord par rapport à l’individu même et concerne l’être que l’on est avec Soi et avec les autres. On parle du sentiment de Soi, de l’estime de Soi, de l’identité, du sentiment d’appartenance, du devenir, du sentiment d’accomplissement, de la place que l’on a, de la contribution que l’on apporte.

C’est pourquoi il est très important de développer, avec la participation directe des enfants et des jeunes, des programmes de promotion de la santé mentale. Ces programmes comportent une large part d’activités ou d’expériences qui leur permettent d’être eux-mêmes, de découvrir les diverses composantes de leur personne, de rêver ou de se projeter dans l’avenir, et ce, en tenant compte de leur âge et de leurs besoins développementaux particuliers.

En d’autres mots, la promotion de la santé mentale s’appuie sur l’énorme potentiel de résilience des individus. Elle prône l’investissement et le soutien de tout ce qu’ils comptent de ressources individuelles et collectives pouvant favoriser leur épanouissement et leur bien-être.

Les facteurs généraux de protection en santé mentale
sur lesquels s’accorde le Mouvement Santé mentale Québec

Estime de soi.

Participation sociale.

Sentiment d’appartenance, d’appartenance sociale, d’inclusion sociale, de soutien social.
En promotion de la santé mentale, nous souhaitons favoriser l’inclusion sociale plutôt que parler de déstigmatisation.

Confiance — Avoir un niveau de confiance élevé à l’égard d’autrui.

Soutien affectif — Pouvoir se confier, être compris·e, recevoir des conseils, etc.

Soutien concret— Pouvoir compter sur quelqu’un·e en cas de besoin.

Sécurité.

Compréhension, reconnaissance et appropriation de ses émotions. 
 Il a été décidé collectivement de ne pas utiliser « gestion de ses émotions » ou « contrôle de ses émotions », car l’expression des émotions est importante et doit être encouragée. On dira plutôt « contrôler ses humeurs ».

Place à accorder aux émotions et aux sentiments — Favoriser l’expression.

Spiritualité — Ressentir un sentiment d’appartenance à une réalité plus grande que soi et donner un sens à sa vie.

Créativité — Pour le psychologue humaniste Maslow, la créativité est une manière particulière, originale, de voir les choses.

Capacité et possibilité de développer des compétences.

Sentiment de compétence — Avoir les ressources nécessaires pour développer ses compétences; avoir l’impression de savoir faire; avoir la capacité de mettre ses compétences en pratique; avoir un savoir-agir qui permet de mobiliser ses connaissances et ses stratégies dans un contexte particulier.

Sentiment de compétence sociale.

Capacité d’adaptation, résilience.

D’autres facteurs de protection ou d’autres manières de les nommer

Développement personnel — Passe-temps; autoéducation; prière; contrôle de sa vie; exercice; établissement d’objectifs personnels; apprentissage tout au long de la vie.

Recherche d’activités de loisir qui nous plaisent et détermination de temps à s’accorder pour s’y adonner.

Connaissance de soi — S’observer, faire preuve de vigilence; savoir reconnaitre le moment de chercher de l’aide; reconnaitre ses réalisations, accepter ses échecs, en tirer profit. 

Connaissance de sa société — Apprentissage, ouverture.

Coopération, entraide.  

Débrouillardise.

Capacité à demander de l’aide. 

Sens des responsabilités.  

Capacité de faire face aux évènements et de leur donner un sens.  

Rêve.  

Détachement.  

Rire, sens de l’humour.  

Encouragement à l’autonomie lorsque pertinent.  

Maintien de bonnes habitudes de vie.  

Présence et plaisir tiré des relations positives avec les membres de sa famille et ses ami-es. 

Mise au point de stratégies pour faire face au stress. 

Moments de répit.  

Gratitude. 

Présence au moment présent — En tirer profit, plaisir.   

Sources d’inspiration

« Améliorer la santé mentale des Canadiens 2009. Explorer la santé mentale positive. Initiative sur la santé mentale de la population canadienne », Institut canadien d’information sur la santé.

Joubert, N. et J. Raeburn. « Mental health promotion : people, power and passion », International Journal of Mental Health Promotion, septembre 1998, p. 15-22.

Mussel, W. J. « Warrior-Caregivers : Understanding the Challenges and Healing of First Nations Men » , The Aboriginal Healing Foundation, 2005, [en ligne]. [http://www.ahf.ca/publications/research-series]. 

« Avis scientifique sur les interventions efficaces en promotion de la santé mentale et en prévention des troubles mentaux », Institut national de la santé publique, mai 2008.

Direction générale – Santé & protection des consommateurs. « Livre vert – Améliorer la santé mentale de la population : Vers une stratégie sur la santé mentale pour l’Union européenne », Communauté européenne, Bruxelles, 2005, 26 p.

Organisation mondiale de la Santé. « Santé mentale : renforcer notre action », [en ligne]. [https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/mental-health-strengthening-our-response].

Ministère de la Santé et des services sociaux. « Plan d’action en santé mentale 2005-2010 – La force des liens », [en ligne]. [https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2005/05-914-01.pdf]. 

Helliwell, J. F. et R. D. Putnam, « The Social Context of Well-Being », Philosophical Transactions of The Royal Society of London, Series B, Biological Sciences, vol. 359, no 1449, 2004, p. 1435-1446.

Milan, A. « Taking charge : Perceptions of control over life chances », Canadian Social Trends, June 2006, [en ligne]. [https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-008-x/2006001/9182-eng.htm].

Fortin, Bruno. « Prendre soin de sa santé mentale », Éd. du Méridien, 1993, 156 p.

Fortin, Bruno. « Intervenir en santé mentale, Montréal, Éd. Fides, 2006, 399 p.

Tremblay, Luc. « La personne d’abord : l’intervention en santé mentale », Montréal, Éd. Saint-Martin, 1996, 260 p.

Champagne, R. et collab. « La Vieillesse : voie d’évitement… ou voie d’avenir? Le vieillissement et la santé mentale », Boucherville, Éd. Gaëtan Morin, 1992, 138 p.

Centre de toxicomanie et de santé mentale. « Les adolescents et la santé mentale », [www.camh.net].

Institut canadien d’information sur la santé. « Améliorer la santé des jeunes canadiens : Une introduction à la santé en milieu urbain », Ottawa, ICIS, 2006. 

Jo Lohman, B. et P. A. Jarvis. « Adolescent stressors, coping strategies, and psychological health studied in the family context », Journal of Youth and Adolescence, vol. 29, no 1, 2000, p. 15-43.

Wilkinson, R. B. et W. A. Walford. « Attachment and personality in the psychological health of adolescents. Personality and individual differences », vol. 31, no 4, 2001, p. 473-484.

Glorion, Françoise. « Il n’est jamais trop tard pour vivre avec sa mort », Paris, Éd. de La Martinière, 2002, 201 p.

Seligman, Martin E.P. « Authentic happiness: Using the new positive psychology to realize your potential for lasting fulfillment », New York, Free Press, 2002.

Mental Health Working Group. « Mental Wellness Framework : A discussion document for comprehensive culturally appropriate mental health services in First Nations and Inuit communities », Assemblée des Premières Nations Éd., Ottawa, Santé Canada, 2015.

Helliwell, J. F. et H. Huang. « How’s the job? Wee-Being and social capital in the work place », Cambridge (Massachussetts), National Bureau of Economic Research, 2005.

Lowe, G. et G. Schellenberg. « What’s a good job? The importance of employment relationships », C.P.R., Ottawa, Renouf Publishing, 2001.

Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada (APEX). « Executive Health in the Federal Public Service: Individual Health and Organizational Implications, Ottawa, 2005.

Fortin, Bruno. « Côtoyer la souffrance des personnes âgées », Montréal, Éd. Fides, 2000, 108 p.

Bacqué, Marie-Frédérique. « Apprivoiser la mort : psychologie du deuil et de la perte », Paris, Éd. Odile Jacob, 2003, 283 p.

Rechercher