Formulaire de recherche

Accueil > Blogue > Réflexions d’une psychologue sur l’anxiété

Réflexions d’une psychologue sur l’anxiété

Réflexions d’une psychologue sur l’anxiété

Partager :

Publié le 10 September 2020

Entrevue par Effet Pastel avec la psychologue Annie Perreault, qui illustre avec brio différentes perspectives de l’anxiété. Elle appelle à l’introspection tout en invitant à faire preuve d’empathie et de bienveillance envers soi-même.


Effet Pastel: Par où commencer quand l’anxiété fait partie de sa vie depuis longtemps? 


Annie Perreault: Lorsque l’anxiété a toujours fait partie de son quotidien, il faut se questionner sur la nature. Est-ce une personne qui a un tempérament anxieux, a-t-elle grandi dans un environnement anxiogène ou avec des parents anxieux? Y a-t-il une génétique anxieuse? 

À travers mes années de pratique, j’ai constaté qu’il y a une partie génétique et une partie acquise à l’anxiété. Si la personne détient les deux, son niveau d’anxiété risque d’être encore plus élevé. Ainsi, les symptômes ne sont pas traités de la même façon quand ils sont récents ou s’ils persistent depuis longtemps. 

D’ailleurs, il est important d’avoir des attentes réalistes face au suivi psychologique. Certains espèrent enfin trouver la solution idéale pour gérer leur anxiété, alors que ça fait plusieurs années qu’ils sont très anxieux. D’autres personnes peuvent chercher des thérapies à l’infini et quand ils constatent qu’ils n’ont pas atteint le « zéro anxiété » ou le parfait bonheur, ils ressentent un grand découragement. 

Certaines personnes vont penser qu’elles sont responsables à 100% de leur état anxieux. Elles consultent en se disant que ça doit être uniquement de leur faute et se demandent ce qu’elles ont fait ou ce qu’elles peuvent faire de plus. Cette réflexion peut être lourde à porter et signifier une responsabilité énorme sur les épaules. En ce sens, il faut aussi considérer les aspects extérieurs qui nous influencent, tels qu’un événement difficile au travail ou nos relations interpersonnelles. 


Effet Pastel: Combien de séances de psychothérapie sont-elles nécessaires pour remarquer une amélioration significative du niveau d’anxiété?

Tout d’abord, c’est très varié d’une personne à l’autre puisque l’historique de l’anxiété est différente. Idéalement, on observe d’où part l’anxiété. Est-ce qu’elle est récente depuis quelques mois avec un stresseur spécifique ou est-ce une condition chronique depuis longtemps? Cette information peut aider à savoir combien de séances seront utiles ainsi que la durée du suivi nécessaire.

Selon certaines recherches, pour qu’un suivi soit efficace ou pour avoir un bon pronostic, la personne devrait avoir généralement des indications d’un changement dans les six premières rencontres. Ainsi, la démarche, le fonctionnement du suivi et l’intervenant font une réelle différence. Et on sait que c’est souvent davantage l’intervenant qui fait une différence, le lien que la personne développe avec l’intervenant qui sera garant d’une réussite dans le suivi.

 

Effet Pastel : Si la personne n’a pas vu une différence dans son état après plus de quelques séances, est-ce un indice qu’il pourrait être pertinent de changer de psychothérapeute?

Il y a matière à se poser des questions car c’est aussi possible qu’il y ait un élément sous-jacent qui est plus récalcitrant, comme par exemple, une personnalité davantage rigide. Il peut aussi y avoir différents facteurs qui vont faire que le changement après quelques rencontres ne s’installe pas, même s’il y a un léger changement.

 

Effet Pastel: Lorsqu’une personne constate que son anxiété a diminué de façon significative, quels éléments reviennent le plus? 

Souvent, la personne aura fait des choix et pris des décisions sur des aspects de sa vie. Il faut savoir que l’anxiété se construit à travers différents aspects et que l’intolérance à l’incertitude est majeure chez les personnes anxieuses. Les gens anxieux n’aiment pas l’incertitude et ne sont pas doués pour la tolérer. Ils doivent apprendre à développer une tolérance envers l’incertitude. Ensuite, les gens anxieux ne se trouvent pas bons pour prendre des décisions. Ils sont souvent incertains, se demandent ce qu’ils devraient faire, se disent qu’ils devraient encore y penser avant de passer à l’action et ceci prolonge ou augmente l’anxiété. 

Donc, quand les gens prennent une décision et se lancent vers une action, l’anxiété va généralement diminuer. Dans le cadre d’un processus de gestion ou d’amélioration de l’anxiété, ils vont développer une meilleure aptitude à prendre des décisions.

La croyance associée à la nécessité de s’inquiéter est un aspect qui favorise également l’anxiété. Malgré le fait que toutes les personnes souffrant d’anxiété s’entendront pour dire que c’est inutile, celles-ci maintiennent l’impression qu’une certaine utilité y est reliée. Il est nécessaire de creuser pour voir ce qui se cache derrière cet état d’anxiété. 

Par exemple, si je demande à la personne : « Quand tu ressens de l’inquiétude, as-tu l’impression que le fait de t’inquiéter te permet d’être une personne responsable, efficace et que tu ne te feras pas avoir » ?

Celle-ci pourrait répondre que cet état d’esprit lui offre la sensation de penser à tout et d’avoir l’impression d’être vraiment à son affaire. Il s’agit d’une croyance que la personne maintient comme étant une qualité de sa personnalité. Le fait de regarder les différentes facettes d'une situation peut être une force; par contre, c’est une fausse croyance de penser que s'inquiéter rend plus efficace; cela peut devenir très épuisant. Reconnaître cette fausse croyance peut réduire l'anxiété.

Finalement, je dis souvent aux personnes anxieuses que le mouvement entraîne le mouvement. En ne faisant rien, en restant immobile, il est certain que rien ne va se passer, excepté l’anxiété qui va augmenter. Toutefois, en prenant action et en expérimentant de nouvelles avenues, il est possible de faire de belles découvertes. 

________________________________________________________

Annie Perreault

Psychologue depuis une vingtaine d’années et professeure de clinique dans le réseau de la santé, Mme Perreault est spécialisée dans le traitement de troubles de l’humeur, troubles anxieux et du stress post-traumatique. Dans son travail, elle vient aussi en aide aux personnes souffrant de maladies chroniques ou orphelines. Également fondatrice de Formations Syllabus, conférencière et formatrice, elle a à coeur le partage des connaissances en psychologie.

________________________________________________________



Effet Pastel

Fondatrice du site Effet Pastel, elle invite les lecteurs à tracer leurs propres lignes et à bâtir un monde authentique, fort et surtout humain. Diplômée du baccalauréat en psychologie à l’UQAM et inspirée par ses 4 années d’intervenante psychosociale, elle aborde autant les finances personnelles et le minimalisme, que des sujets qui bouleversent la société, comme le suicide et la violence psychologique.
_________________________________________________________


Crédit Photo du billet de blogue: Johannes Kripinski 

Retour...