Formulaire de recherche

Accueil > Blogue > Intervention psychosociale, une expérience humaine avant tout

Intervention psychosociale, une expérience humaine avant tout

Intervention psychosociale, une expérience humaine avant tout

Partager :

Publié le 22 June 2021

Accompagner une personne dans une démarche de réinsertion sociale est une expérience humaine riche de sens. Empathie, écoute, patience et bienveillance se retrouvent au cœur des échanges.

J’ai travaillé pendant quatre ans comme intervenante psychosociale en santé mentale dans des foyers de groupe pour adultes sur l’île de Montréal. La clientèle était principalement des personnes référées par l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et l’Institut de psychiatrie Philippe-Pinel.

Cet emploi m’a démontré l’importance de replacer la santé mentale au centre des priorités. Les responsabilités de mon travail me démontraient l’importance de conserver un équilibre de vie.

D’autre part, le sentiment de contribuer à la communauté s’avérait un puissant moteur de motivation et de détermination. Aussi, lorsque des résident.e.s me faisaient part de certaines difficultés, je les invitais à regarder le côté positif de la situation après les avoir écoutés patiemment. Et à mon tour, je pratiquais ce même exercice lorsque je rencontrais l’adversité.

Le milieu communautaire est d’une richesse sans nom. Un environnement où le bien-être des humains est au cœur du dévouement de chaque intervenant.e. Bien sûr, tout n’est pas rose. Un roulement de personnel, des conditions de travail qui comportent des défis et un salaire moins avantageux. Sans compter les coupures de subventions.

Malgré les défis du quotidien, le sentiment d’avoir un impact réel dans la vie des résident.e.s me procurait toute l’énergie nécessaire.

Au fil du temps, j’apprenais à les connaître personnellement. Après tout, je passais même mes vacances de Noël et d’été avec eux. Surtout, j’apprenais à me connaître moi-même dans le cadre d’une relation d’aide. Rapidement, j’ai constaté que je devais mieux départir la sympathie de l’empathie. J’ai ainsi appris à accueillir leur tristesse et à manifester mon empathie, sans la ressentir de façon significative à mon tour.

À cette époque, je vivais à un rythme effréné : études en psychologie, bénévolat dans un centre d’écoute, emploi d’intervenante. Simplement dans leur façon d’être, les personnes résidentes me ramenaient constamment à l’essentiel. Me retrouver dans un monde différent du mien, dans lequel la performance n’était pas au centre des priorités me faisait le plus grand bien.

Je les écoutais et je les encourageais dans leur démarche de rétablissement. Et d’autres fois, sans le savoir, c’était eux qui me remontaient le moral par leur soif de vivre et leur persévérance. Aujourd’hui, même si cet emploi est derrière moi, je conserve de précieux souvenirs de mes années auprès de ces êtres exceptionnels.

Lorsque des personnes travaillent si fort sur elles-mêmes pour améliorer leurs conditions de vie, leur bien-être et surtout leur santé mentale, la résilience prend tout son sens.

À propos de l'autrice:

Effet Pastel

Fondatrice du site Effet Pastel, elle invite les lecteurs à tracer leurs propres lignes et à bâtir un monde authentique, fort et surtout humain. Diplômée du baccalauréat en psychologie à l’UQAM et inspirée par ses 4 années d’intervenante psychosociale, elle aborde autant les finances personnelles et le minimalisme, que des sujets qui bouleversent la société, comme le suicide et la violence psychologique.

 

 

Retour...