Formulaire de recherche

Accueil > Santé mentale et travail > Facteurs de protection > Sens au travail

Sens au travail

 

Donner du sens au travail c’est :

■ C’est le fait qu’il ait un but, une fonction, de la valeur et de l’importance (May et al. 2004) pour la personne qui l’exécute.
■ C’est aussi la cohérence entre les valeurs et les attentes de la personne qui travaille et le travail accompli quotidiennement.

Le sens varie en fonction de l’identité des personnes et du milieu de travail (Pratt et Ashforth). 

Pour en savoir plus...

 

Le sens du travail, facteur de protection et développement

Si l’individu perçoit positivement :
■ son travail (les activités quotidiennes, concrètes)
■ les conditions dans lesquelles il accomplit son travail (les conditions de santé et de sécurité, l’environnement physique, les relations de travail, etc.)
■ et les relations que donne lieu son travail (avec son supérieur, ses collègues, la clientèle, etc.)

Alors il aura tendance à trouver du sens dans son travail et à son travail, et par conséquent, à se sentir bien physiquement et mentalement. 
(Estelle Morin, (2008) Sens du travail, santé mentale et engagement organisationnel, Santé psychologique, Étude et recherche, IRSST, Rapport R-543).
Selon Morin (2008), donner du sens au travail c’est :
■ comme les valeurs et les idéaux : le sens donné au nous permet d’orienter nos attitudes et nos conduites
■ comme un boomerang : le sens donné au travail nous confronte aux épreuves et aux passages de notre vie, afin de nous forcer à nous accomplir
■ comme un miroir : le sens donné au travail nous permet la compréhension de notre existence et l’intégration de notre personnalité

Il est bon de noter que le fait de donner du sens au travail ne dépend pas du fait que le travail en lui-même ait un sens. Ainsi, chacun peut agir de façon à faire émerger le sens de son travail.

Pour en savoir plus...

 

Le manque de sens du travail, facteur de risque

Le manque de sens au travail peut entraîner :

■ Ennui
■ Apathie
■ Absentéisme
■ Distraction
■ Conflits
■ Contre-productivité
■ Désaffection à l’égard du travail et de l’organisation
■ Désir de changer de profession 
■ Dégradation d’autres sphères de la vie que celle du travail
■ L’absence de raison d’être
■ La dépendance
■ Épuisement
■ Anxiété


Le manque de sens du travail peut être induit par :

■ La compétition (au sein de l’organisation)
■ Le « chacun pour soi »
■ Les dilemmes moraux liés à l’organisation du travail
■ La survalorisation de l’économie, des aspects financiers par rapport à la qualité du travail
■ L’instabilité du travail, l’insécurité
■ L’augmentation du rythme de travail
■ La  trop grande flexibilité du travail
■ La culture de l’urgence et de la performance

Pour en savoir plus...

 

Pour l’organisation

Morin (2008)  identifie les conséquences positives pour l’entreprise dans le fait de donner du sens au travail.
Elle constate en effet que dans les organisations où les travailleurs et les travailleuses considèrent que leur travail a un sens, ces hommes et ces femmes :
■ présentent moins de problèmes de santé mentale ou physique
■ sont assidus à leur travail et engagés dans ce qu’ils font
■ prennent plus de responsabilités dans l’exercice de leur fonction
■ tendent à se perfectionner pour mieux accomplir leur travail
■ font preuve de créativité lorsqu’ils font  face à des situations inhabituelles, ajoutant ainsi de la valeur à ce qu’ils font
■ sont moins absents et moins souvent en retard

L’organisation, elle :
■ réalise de meilleurs profits et une plus forte croissance
■ attire des employéEs très talentueux.

(Estelle Morin, (2008) Sens du travail, santé mentale et engagement organisationnel, Santé psychologique, Étude et recherche, IRSST, Rapport R-543).

Pour en savoir plus...

 

Les formes de sens du travail

Le sens du travail peut être considéré de 3 façons :

1)    Selon la signification du travail
La signification qu’on donne au travail représente la valeur qu’on lui donne, et la façon dont on le considère et qu’on se le représente.
On peut évaluer la signification du travail par les impacts importants qu’il produit, notamment sur le travail d’autres personnes (collègues, clientEs, etc) ou même sur notre bien-être personnel et dans d’autres sphères de notre vie que la sphère professionnelle. 

2)    Selon l’orientation du travail
L’orientation est définie par ce que l’on recherche dans notre travail, ce qui guide nos choix professionnels et la direction que nous souhaitons donner à notre vie professionnelle.

3)    Selon la cohérence du travail
La cohérence du travail c’est le fait que le travail réponde à nos attentes, nos valeurs, et qu’il nous offre la possibilité d’avoir une concordance entre nos idéaux et nos actions.
Parler de cohérence du travail suppose aussi que la relation que nous avons avec notre travail est relativement harmonieuse c’est-à-dire que nos activités et nos tâches correspondent aux différentes caractéristiques du poste que nous occupons (d’un point de vue intellectuel, émotionnel, comportemental, etc.). 
Cela nous procure un sentiment de sécurité et de sérénité qui nous aide à faire face aux épreuves que comportent inévitablement l’exercice de nos fonctions. 

Pour en savoir plus...

 

Donner du sens au travail et le contexte social

Actuellement, le travail est une activité perçue majoritairement dans son aspect pratique. 

Il s’agit pour beaucoup d'un lieu de :
■ confrontation
■ dépassement
■ réconciliation
■ rapport avec les ressources (matérielles, nature, culture, etc.)
■  rapport avec les autres

Le travail vise alors à :
■ la reproduction économique
■ l’intégration sociale
■ la construction de soi
■ la constitution de soi

Le travail, pour nos sociétés :
■ a beaucoup de poids
■ est un lieu important de socialisation et ceux qui en sont exclus, sont souvent perçus, malheureusement, comme  privés de la socialisation    
■ est une activité très valorisée socialement 

Cependant, des travaux d’ethnologie et d’anthropologie font ressortir que l’importance  accordée au travail dans son aspect pratique tel que décrit précédemment, est plus importante dans les sociétés industrielles que dans celles qui fonctionnent de façon traditionnelle. En effet, dans ces dernières, le travail n’est pas perçu comme un moyen de répondre à un besoin profond, plus axé sur un sentiment subjectif, mais plutôt une réponse à des contraintes extérieures (répondre aux besoins vitaux tels que manger, avoir un logement, etc.). 

Pour en savoir plus...

 

Les limites du fait de donner du sens au travail

■ Le sens que chacun donne à son travail peut avoir des effets positifs ou négatifs sur sa santé mentale et sur son engagement envers l’organisation.
■ L’environnement de travail est un déterminant majeur de la santé mentale d’une personne et est à l’origine d’une partie importante des maladies dites de civilisation.
■ La question est de savoir si ces maladies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre économie. S’agit-il en d’autres termes du prix à payer pour assurer la productivité de nos entreprises?
À cette interrogation, il faut fort heureusement répondre par la négative, mais l’augmentation de la productivité des entreprises passe par l’augmentation de la charge de travail de bon nombre de travailleurs et de travailleuses et l’impossibilité pour eux de toujours donner du sens aux tâches effectuées.

Pour en savoir plus...

 


Suggestions de lecture

Document PDF complet