Formulaire de recherche

Accueil > Blogue > Ma vraie nature

Ma vraie nature

Ma vraie nature

Partager :

Publié le 4 June 2018

Ma vraie nature

Dernièrement, j’ai écouté en rafale l’émission « La vraie nature » animée par Jean Philippe Dion qui invite trois personnes dans un chalet pour un 24 heures en toute intimité.  Ce trio, tour à tour, nous partage des moments tantôt où la gloire a été au rendez-vous, mais aussi ces moments où leur cœur s’est retrouvé écrasé. 

Je dévore cette émission puisque, comme son titre l’évoque, on y découvre la « vraie nature » des invités.  Des rencontres en toute authenticité dans un décor apaisant.  Cette émission m’a inspiré cet article sur le sens de la vie.

Le sens de la vie associé au bonheur 

Je me suis beaucoup intéressée au bonheur pour me rendre compte que ce qui fait sens, ce qui offre un sens se situe bien souvent dans ces petits riens qui nous apaisent le cœur. Des moments qui enrichissent notre vie, qui nous offrent de l’épanouissement et de l’énergie au quotidien. 

En poursuivant ma réflexion, je dois l’avouer, le sens de la vie se dissocie du pessimisme.  Les photos qu’on s’amuse à placer sur les réseaux sociaux reflètent bien ces portions d’existence effervescentes parce que la vie on la veut positive, on la voit joyeuse, on la souhaite heureuse en se disant qu’elle sera une réussite en étant riche de sens donc positive. 

Pourtant le bonheur se défile derrière les affres de la vie, en mettant en avant-plan toute forme de perfection dictée par la société, par les images de réussites grandioses, une carrière florissante, une progéniture intacte.  Le bonheur et le sens à la vie nous sont vivement montrés sans éraflures, sans égratignures et sans failles. 

Autrefois, on regardait par la fenêtre le voisin qui semblait avoir une vie plus parfaite que la nôtre.  Aujourd’hui, ces fenêtres se sont agrandies sur le monde que nous percevons à travers nos tout petits écrans. 

Et les jours gris?

À l’exemple de ces trios d’invités de « La vraie nature », j’ai moi aussi vécu des déceptions énormes, des faillites émotionnelles dignes de ce nom.  Des jours assombris par des expériences énergivores, des moments à oublier, des émotions à retenir ou à refouler.  Il y a de ces jours dominés par la souffrance à outrance, la colère de la galère, hantée par des éclats d’obstinations où j’avais juste envie de me rouler en boule en dessous de la table en buvant un café au lait. 

Oh que oui il m’est passé par la tête de vouloir les occulter ces moments, m’en débarrasser comme ce vieux chandail passé mode. Mais voilà, il n’y a que peu de récipients peuvent accueillir ce type de rebut.

Moments transitoires pleins de sens

Et si les jours embrouillés par l’inattendu, la grisaille et la solitude étaient la synthèse d’un écosystème bien plus vaste ?  Et si on laissait le temps au temps de nous proposer des jours plus lumineux, plus riches, plus heureux et plus inspirés?

Et si nous étions capables de donner un sens à ces moments ternes? Ces mal-aimés qu’on ne souhaite même pas recycler. 

Et si ces moments transitoires étaient une occasion pour donner de la profondeur dans cet espace intérieur?

Donner du sens à sa vie peut aussi passer  par donner un sens à ses tourments en se permettant de vivre cette sensation de découragement qui nous est présentée.  Pas dans une plainte constante ou dans la peur que cette tristesse ne nous quitte plus, mais plutôt dans l’acceptation de ce qui est.

Et si l’on profitait de ces moments où la joie semble nous avoir désertés ou abandonnés pour faire une pause.  S’arrêter pour écrire, exprimer sa créativité, sortir, marcher jusqu’à ce que les nuages se soient dissipés.  Jusqu’à ce que la joie soit de retour?

Parce que la joie, elle revient toujours tôt ou tard!

Et si tout avait si habillement été pensé pour offrir à notre psyché une trêve, une pause savamment orchestrée nous permettant de nous délester de cette pression du perfectionnisme et des attentes souvent surréalistes que nous avons envers nous-mêmes et envers la vie?

Voir autrement!

Toutes ces réflexions m’amènent à avoir un œil neuf face ces zones grises.  Sans leur souhaiter la bienvenue dans ma vie, du moins les accueillir.  Et à bien y penser, le jour existe parce que la nuit l’a précédé, le printemps arrive parce que l’hiver a su se décorer de blanc, le soleil se pointe le bout du nez parce que la lune est partie dormir et l’arc-en-ciel se déploie parce qu’il y a eu la pluie.  

Tout est cyclique dans la vie, absolument tout. 

On a besoin de faire une pause pour mieux revenir. Et j’ai cette certitude que derrière la grisaille la couleur renaîtra toujours. 

Je termine le dernier épisode de « La vraie nature » et je suis remplie de gratitude et suis encore plus consciente que la beauté de la vie est faite d’une multitude d’ingrédients qui peuvent être tantôt sucrés tantôt amers.  La vie ne se résume pas par de courtes séquences prises au hasard, mais bien doit être vue dans son ensemble. Cette projection m’offre un panorama des plus riches de sens. 

Et que le sens de la vie c’est tout simplement la vie dans sa plus que vraie nature!

 

Johanne Bouchard

Johanne Bouchard est conseillère en promotion et prévention en santé mentale et détentrice de deux baccalauréats, un en administration des affaires profil gestion des ressources humaines et l’autre en psychologie. Elle cumule plus d’une vingtaine d’années d’expérience dans divers domaines dont la prévention en santé mentale, la gestion de ressources humaines, la consultation et la formation en entreprise et depuis peu l’accompagnement en mieux-être, créativité et récit de vie.

Retour...

Inscrivez-vous à notre infolettre!

close button