Formulaire de recherche

Accueil > Blogue > À l'heure des bilans

À l'heure des bilans

À l'heure des bilans

Partager :

Publié le 20 December 2017

À l’heure des bilans

À chaque année qui se termine, la tentation des bilans se fait sentir. C’est comme un besoin viscéral chez moi. Et quoi de mieux que de démarrer l’année qui arrive avec de nouveaux projets ou encore de nouvelles avenues? Je ne parle pas ici de tout changer, je parle plutôt de ce que nous mettons en veille consciemment ou non, par manque de temps ou de disponibilité. Peu importe les raisons, un bilan de vie peut permettre cet éveil de soi, ce réveil-talent qui dort, ces rêves enfouis.

La vie est faite de cycles. Quelque chose se termine pour laisser la place au renouveau. On débarrasse, on donne, on épure. On allège notre environnement pour se libérer l’esprit de l’encombrement. Le bilan de vie permet ce voyage en soi, cette rétrospective et ce retour dans le temps si bénéfiques à demain.

L’authenticité, vivre dans l’« Être » et la liberté ont été mes thèmes fétiches pour 2017. Et l’écriture de mon autobiographie est demeurée un rendez-vous déterminant.

Un récit de vie comme d’une ballade

Réaliser dans un récit de vie et s’y investir ne se fait pas en un coup de crayon. En effet, passer en revue toute sa vie cela demande du temps, de l’investissement et un engagement envers soi. C’est pourquoi, comme sur la photo, il y a des pauses, des endroits où l’on peut s’arrêter le temps de digérer cette vie riche d’expériences de toutes sortes.

On s’y dépose pour se perdre dans ses pensées. On s’y assoit pour réfléchir et s’enquérir de la façon d’aborder certaines parties de sa vie. On s’y arrête pour « penser » nos blessures et pour les « panser » aussi.

Au fil de l’écriture, une confiance s’installe, une confiance dans ce processus, une confiance en soi, en son vécu. Ce qui émergera de cette confiance, de ce processus ou tout simplement de l’acte d’écriture sera la fierté. Une fierté grande d’être. 

Le bilan de vie n’est pas un exercice de performance.  Il faut le voir comme un constat sur des données émotionnelles reliant les événements de sa vie. C’est tout simplement l’expression d’une vérité, de ma vérité.

L’histoire de toute une vie

Entre ces pauses essentielles et nécessaires, la quête du soi se poursuit dans la description des pans de vie. Ce parcours dans ces zones délestées, où s’étaient imprégnées les souffrances, est imagé par les escaliers de pierre qu’il est possible de percevoir en fond de décor sur la photo. Ces escaliers non polis, bruts, rudes, rocailleux décrivent ces états méconnus ou inconscients qui pavent notre existence parfois. Il peut s’agir de l’abandon, de la souffrance, de grandes déceptions, des projets avortés, des pertes ou cette blessure si profonde que mon esprit a espéré oublier, a préféré oublier. C’est là qu’entre en jeu ce mouvement de bienveillance envers soi, d’estime personnelle bien sentie, de tolérance, et d’indulgence.

Et puis, il y a aussi l’éloge de ces grandes réussites et des dépassements. Il y a cet amour à qui l’on tient, ces amitiés profondes que rien ne peut effilocher, ces relations qui nous font grandir, qui apportent réconfort et sagesse. Ce sont nos enfants, nos proches, ces gens qu’on aime aimer.

On revoit aussi nos choix d’autrefois qui s’avèreront, avec le temps, des expériences mémorables. Ces décisions qui ont changé le cours de sa vie, des choix à refaire si on en avait l’occasion. Et parfois, dans d’autres temps, des échecs cuisants.

Mais quoi retenir de tout cela?

A l’intérieur de ce processus, l’écriture me permet de comprendre que le succès survient lorsque je me rapproche de qui je suis, de mes aspirations, de mes talents, de ce qui me fait sentir vivante et en pleine possession de mes moyens.  Et, en m’en éloignant,  ce sentiment de réalisation s’estompe soudainement.

Prendre le temps

Mais voilà que je prends le temps, je prends mon temps pour déballer ce qui se cache dans ces tiroirs. J’y fais face avec courage, avec détermination parce que, ce que je veux, au bout du compte, c’est faire la paix avec tout cela.

En fait, ce dont il est question c’est de trouver l’équilibre, apprendre les leçons et se réapproprier des portions de liberté. Et de réaliser peut-être que la vie est un enchevêtrement où s’enlacent le bon et le moins bon. Et que tout cela mis bout à bout fait la richesse de la vie et lui donne une saveur inestimable.

En fait, à l’issue de ce bilan de vie, ce qui compte, c’est surtout d’être en paix avec moi et devenir amie avec ces parties plus sombres.

L’écriture permet ce regard sur le chemin parcouru. Et qu’il est possible maintenant d’affirmer que je comprends, que je sais, que j’ai saisi. Et c’est peut-être ça une portion de liberté!

Une découverte

Et comme sur la photo, le chemin se poursuit vers d’autres décors, d’autres avenues. On ne sait pas où cet escalier rocailleux nous conduira, mais certainement à la rencontre d’autres paysages, de talents inexplorés, d’intérêts pas encore appelés et de désirs en sourdine.

Le récit de vie met en lumière ce passé, mais surtout nous le fait intégrer. Là est le cadeau caché que j’attendais tant. Le moment présent est maintenant offert! Dorénavant ce qui était embué devient clair, ce qui était brumeux devient ensoleillé. Revoir sa vie, c’est redonner du sens à ce qu’on a vécu.

Un cadeau à s’offrir

Pour moi, le récit de vie est et a été un cadeau de la Vie. Un cadeau pour me dire que le temps était venu de passer à autre chose. Peut-être était-il venu le temps de cicatriser le passé et d’en faire un levier. Le bonheur est juste là au bout du chemin, juste en haut de l’escalier, tout près.

Accéder à cette liberté, à cette plénitude, à ce sentiment de prendre une respiration et de sentir la vie et l’amour qui circulent en soi, c’était probablement le sens caché de cette démarche.

Ce sentiment de liberté pour peut-être construire autre chose, ou de le faire autrement. Ou tout simplement de s’actualiser et se découvrir… assurément!

Alors c’est un peu avec cet état d’esprit que j’avance désormais dans la Vie.

 

À l’approche de la fin de l’année 2017, je vous souhaite de vous arrêter pour faire le point. De simplement regarder ce qui a été satisfaisant ou excellent et d’avoir de la gratitude. Profitez de ce temps d’arrêt pour réfléchir à ce qui vous anime, à ce qui vous fait vibrer, à ce qui vous rend heureux. Accordez-vous ce temps pour vous questionner sur ce que vous ne voulez surtout pas manquer en 2018 et peut-être vous réserver un temps pour entamer un récit de vie.

Et vous, quel sera le thème de votre année 2018?

Johanne Bouchard

Johanne Bouchard est conseillère en promotion et prévention en santé mentale et détentrice de deux baccalauréats dont l’un en administration des affaires profil gestion des ressources humaines et l’autre en psychologie. Elle cumule plus d’une vingtaine d’années d’expérience dans divers domaines dont la prévention en santé mentale, la gestion de ressources humaines, la consultation et la formation en entreprise et depuis peu l’accompagnement en mieux-être et créativité et récit de vie.

Retour...